STANDARD : 04 77 82 80 00
URGENCES : 15
Entrez vos mots clés
RECHERCHE
Dernières publications
Centres de consultation - Centre de Traitement de l'Hémophilie - CTH (page mise à jour le 07/09/2016)

Hémophilie et autres maladies hémorragiques


L'hémophilie est une maladie hémorragique liée à une anomalie située sur le chromosome X et définie biologiquement par l'absence, la diminution ou le déficit qualitatif en facteur VIII (FVIII) ou facteur IX (FIX). L'hémophilie A correspond à un déficit en facteur VIII et l'hémophilie B à un déficit en facteur IX.

Il y a environ 5 000 hémophiles en France dont 85 % d'hémophiles A et 15 % d'hémophiles B.

Cette anomalie va s'exprimer pleinement chez l'homme qui possède un chromosome X unique. Chez une femme (elle possède deux chromosomes X) lorsqu’elle est conductrice, le chromosome X sain va permettre la synthèse d'un facteur VIII ou IX en quantité souvent moindre mais généralement suffisante pour éviter toute manifestation hémorragique.

On distingue 3 types d'hémophilie

L'hémophilie sévère : le taux de facteur VIII ou IX est < 1 %,
L'hémophilie modérée : le taux de facteur VIII ou IX est compris entre 1 et 5 %,
L'hémophilie mineure : le taux de facteur VIII ou IX est compris entre 5 et 40 %.

La gravité des manifestations hémorragiques est corrélée à l’importance du déficit en facteur VIII ou IX qui sont des éléments indispensables pour aboutir à la formation du caillot de fibrine. Ce déficit peut être suspecté sur un allongement d'un test biologique appelé temps de céphaline avec activateur (TCA), mais le diagnostic exact de l'hémophilie ne peut être établi que par le dosage électif du FVIII ou FIX.
Les manifestations hémorragiques surviennent dès la petite enfance pour l’hémophilie sévère sous la forme d’hémarthroses (saignements articulaires) et d’hématomes spontanés.

Complications de l'hémophilie
Arthropathie chronique
Les complications orthopédiques sont directement liées à la répétition des saignements dans une même articulation conduisant à une destruction progressive de l'articulation : c'est l'arthropathie hémophilique. Elles touchent principalement les coudes, genoux et chevilles.
L'arthropathie hémophilique va se constituer progressivement et les premiers signes peuvent apparaître chez l'enfant de moins de 10 ans. Elle associe douleur, limitation de la mobilité (raideur), troubles de croissance au niveau des cartilages de croissance, déformation par atteinte des extrémités osseuses et déviation d'axe par défaut de congruence articulaire. Le traitement précoce des accidents hémorragiques effectué à la demande ou un traitement prophylactique bien conduit, devrait permettre de retarder ou d'éviter ces séquelles ostéo-articulaires.

Inhibiteurs
Il s'agit de l'apparition d'anticorps anti-FVIII ou anti-FIX secondaire à une réaction immunitaire consécutive à l'administration de facteur VIII ou IX. Ils apparaissent dans les premières années de traitement pour l’hémophile sévère. Le risque est plus faible pour les hémophiles non sévères.
Ces inhibiteurs rendent souvent inutilisables les apports de facteur VIII ou IX pour le traitement des accidents hémorragiques. Ces AC doivent être recherchés régulièrement pour les hémophiles sévères et après chaque traitement pour les hémophiles modérés ou mineurs.

Contamination virale
Il s'agit essentiellement des complications liées aux virus des hépatites et au virus du Sida. Environ 70 % des hémophiles ont contracté le virus de l'hépatite C et 40 % le virus du Sida au cours des perfusions de produits de substitution distribués avant 1985.
Depuis le début des années 1990, aucune contamination par ces virus n'a été détectée.

Les femmes conductrices d’hémophilie
La fille d’un hémophile sera conductrice obligatoire. La fille d’une mère conductrice aura un risque sur deux d’être conductrice.

Les conductrices ont le plus souvent des taux de VIII ou de IX normaux ; dans ce cas le seul moyen de faire le diagnostic de conduction d’hémophilie est la recherche dans leur sang de la mutation responsable de l’hémophilie dans leur famille. L’analyse moléculaire à la recherche de la mutation ne peut légalement se faire chez une femme qu’après sa majorité.

Le statut de conductrice doit idéalement être fait avant la mise en route d’une grossesse pour une meilleure prise en charge de celle-ci. Un diagnostic anténatal peut être proposé pour l’hémophilie sévère. La naissance d’un garçon d’une femme conductrice d’hémophilie doit être encadrée par un protocole écrit et faire intervenir ensemble les obstétriciens, les pédiatres et le CTH.

Certaines femmes conductrices d’hémophilies ont des taux bas de facteur VIII ou IX. Ces déficits toujours modérés seront quand même à corriger en situation hémorragique et/ou chirurgicale et pour leur accouchement.